La rétention vidéo sur mobile bondit lorsque les dépenses publicitaires triplent [Étude de données]

AppsFlyer et AppLovin ont uni leurs forces pour analyser l’une des tendances les plus en vogue de la publicité mobile – la vidéo. L’étude propose quelques idées intéressantes sur ce format de publicités en va-et-vient.

Voici l’étude complète:

Avec la prolifération des données LTE haut débit, et de plus en plus de téléphones capables de lire de la vidéo, le format de publicité vidéo sur mobile gagne en popularité. Un rapport Business Insider Intelligence de décembre 2014 estime que les recettes de la publicité vidéo sur mobile aux États-Unis atteindront 4,4 milliards de $ en 2018, en hausse de 73 pour cent par rapport au TCAC d’il y a cinq ans, par rapport à 2013, et avec une croissance cinq fois plus rapide que les annonces vidéo sur PC. Une étude un peu plus conservatrice d’eMarketer de juin 2015 prévoit que les revenus de la vidéo sur mobile vont croître trois fois plus vite que ceux des PC jusqu’à 2020. Mais personne ne discute le fait que la vidéo sur mobile ait un potentiel énorme.

En partenariat, AppLovin et AppsFlyer ont examiné les données provenant de plus d’un milliard d’appareils dans le monde entier et ont analysé la croissance de la vidéo sur mobile et son efficacité pour la rétention lors des installations d’application au niveau mondial et multi-plateformes. La rétention est une mesure cruciale pour les éditeurs, car elle mesure l’adhésion a une application. Les entreprises ont constaté que la vidéo sur mobile est le format le plus dynamique de la publicité – à hauteur de 190 pour cent de croissance au cours des trois premiers trimestres de 2015 – et est 40 pour cent plus efficace pour la rétention d’utilisateurs que les formats publicitaires non-vidéo. En outre, en termes de rétention pour les applications de jeux, les publicités vidéo sur iOS surpassent celles sur Android.

Méthodes

Entre AppLovin et AppsFlyer, les deux entreprises ont eu accès à des centaines de milliards de données détaillant l’utilisation et la rétention des utilisateurs mobiles.

Pour examiner la croissance, nous avons regardé les publicités vidéo comme un pourcentage total de dépenses de nos annonceurs, sur un réseau qui traite 100 TB de données par jour, et des centaines de millions de dollars de recettes d’annonceurs chaque année. Les huit mois de données analysés par AppLovin représentent des milliards de points de données, de DSP internes de AppLovin (plate-forme du côté demande) et d’échanges RTB (d’enchères en temps réel). Ces analyses comprenaient à la fois les jeux et les applications hors-jeu.

Dans la mesure où le marché vertical et hyper-concurrentiel du jeu vidéo est tellement concentré sur la conservation des joueurs, nous avons utilisé cette verticale pour analyser la rétention. Nous avons analysé plus de 300 millions d’installations d’applications de jeux à travers des centaines d’applications, fonctionnant sur des centaines de réseaux publicitaires, et nous avons enregistré l’efficacité de chaque installation d’application et publicité vidéo isolée et les avons comparés à d’autres formats. Nous avons calculé le taux de rétention normalisé en regardant le nombre unique d’utilisateurs qui étaient actifs lors des jours 1, 7 et 30 sur le nombre total d’utilisateurs uniques qui ont lancé pour la première fois l’application au cours de la période sélectionnée: 1 Juillet au 31 Août 2015.

Les résultats: une croissance sans précédent

Les rapports de l’industrie prévoient une croissance massive du format de publicité vidéo sur mobile, et un examen du réseau AppLovin a mis en évidence que les dépenses des grands annonceurs mobiles corroborent cette observation:

Applovin_AppsFlyer_VideoTotalSpend_2015

Comme vous pouvez le voir dans le tableau ci-dessus, le format vidéo est passé de 23 pour cent à 66 pour cent des dépenses publicitaires de janvier à août 2015, une augmentation de 190 pour cent.

Applovin_AppsFlyer_GamingvsNonGaming_Infographic_Final

En segmentant les annonceurs hors-jeu, les dépenses publicitaires mondiales en vidéo sont passées de 16 pour cent au 1er trimestre à 46 pour cent des dépenses publicitaires en Q3. Les annonceurs de jeu, qui étaient les premiers à adopter la tendance vidéo (et qui en général sont à la pointe des tendances de marketing mobile), ont vu les dépenses publicitaires mondiales de vidéo passer de 20% au T1 à 71% des dépenses publicitaires au T3.

La rétention et le format publicitaire vidéo

Pourquoi une croissance si explosive? Elle est logique lorsqu’on regarde l’efficacité des annonces vidéo sur mobile. Nous observons cela lorsque l’on regarde les taux de rétention avec la vidéo et que nous les comparons aux publicités non-vidéo. Dans la mesure où les taux de rétention entre plusieurs applications sont liés, nous avons normalisé ces taux sur une échelle de 0 à 1,0. Nous avons mesuré la rétention au cours des jours 1, 7 et 30. La rétention est une mesure d’une importance cruciale à surveiller pour les éditeurs, car l’application Android sur Google Play perd en moyenne 77 pour cent de ses utilisateurs actifs quotidiens dans les trois jours suivants l’installation.

Globalement, les gains de rétention normalisés des formats publicitaires vidéo vis-à-vis des formats non-vidéo sont supérieurs de 34 pour cent. En d’autres termes, si un joueur télécharge un jeu après avoir vu une publicité vidéo, il est un tiers plus susceptible de rester que s’il a téléchargé ce jeu après avoir vu une publicité au format non-vidéo.

Applovin_AppsFlyer_NonVideovsVideoAds_Infographic

Video ads on iOS performed better than those on Android in terms of normalized retention, 40 percent to 30 percent, respectively.

En résumé

Il est clair que la vidéo est à la fois croissante et efficace, mais pourquoi ? Cela s’explique par le fait que lees consommateurs préfèrent les vidéos à d’autres formats. De manière plus précise, en ce qui concerne la rétention, les annonces vidéo sur mobile permettent aux consommateurs de savoir à quoi s’attendre d’une application ou d’un jeu. Ils savent donc ce qu’ils obtiendront avant de le télécharger. Il est donc logique que cet échantillon auto-sélectionné (ceux qui ont regardé la vidéo ont ensuite choisi de télécharger l’application) reste actif plus longtemps.

Au début de la publicité sur mobile, les publicités vidéo n’étaient pas pratiques. La plupart des téléphones ne pouvaient pas supporter l’affichage, et les réseaux cellulaires ne pouvaient certainement pas non plus. Mais comme le suggère ce rapport, les conditions sont actuellement parfaites pour le succès des publicités vidéo sur mobile.